Produits CPQ

L'histoire du CPQ (selon un homme)

Lisez à propos de mon parcours pendant que j'observais et contribuais à la formation de la technologie CPQ telle que nous la connaissons aujourd'hui.

Table of Contents

    Partagez cet article

    Get A Demo

    Remarque : L'histoire suivante est mon expérience personnelle et mon point de vue avec un accent sur la fabrication et la technologie. Ne vous attendez pas à des mentions de secteurs tels que : les télécoms, les assurances, la finance, etc.

    Les années 90 : années de formation pour CAD, KBE et moi-même

    En 1996, je travaillais dans l'un des premiers FAI (Fournisseurs d'Accès Internet) de ma région en Italie, que j'ai fondé avec des amis. Pendant ce temps, j'ai également obtenu un diplôme en génie mécanique de l'Université de Parme. Mes compétences étaient donc profondément ancrées dans une passion pour l'informatique et la mécanique. Pendant ce temps, j'ai eu la chance de rencontrer une personne et un mentor merveilleux, le professeur Franco Folini. Il a compris mes capacités et m'a suggéré d'argumenter ce qui suit dans le cadre de ma thèse : « Definizione e sperimentazione di strumenti di supporto alla progettazione meccanica basati su tecniche feature based e fortemente integrati nel sistema informativo aziendale » (Traduit par : 'Définition et test d'outils d'aide à la conception mécanique basés sur des techniques à base de fonctionnalités et fortement intégrés dans le système d'information de l'entreprise').

    J'ai été assez surpris. Se moquait-il de moi ? Essai? Des systèmes comme celui-ci devraient déjà exister dans chaque entreprise. Ma vision d'un ingénieur n'était pas celle d'un ouvrier occupé toute la journée à refaire le même projet encore et encore, en ne changeant que quelques variables. Ma vision d'un ingénieur était bien plus vantée que cela, mais malheureusement loin de la réalité.

    Top 10 Reasons to Choose Épicor CPQ

    This quick-reading download walks you through the top 10 reasons that customers choose us for their CPQ. From our 2D/3D visualization and robust rules engine technology to our great people, learn about the qualities that make Epicor CPQ used and loved by over 10,000 customers globally.

    Réimaginer la CAO

    In 1993, Solidworks was founded with a great idea: move a Unix based parametric/feature based CAD application to Windows. Why was this idea so great for our story? One reason is pretty obvious now: the affordability and flexibility of Windows.  The other key reason is not so obvious, though – OLE (Liaison et intégration d'objets, également appelées COM). En bref, OLE permet aux processus de communiquer. Un côté du processus est appelé « client », qui peut être intégré dans un autre processus appelé « serveur ». Un exemple de base serait lorsque vous intégrez un objet Excel dans Word, ou vice versa.

    Revenons donc à mon idée de thèse : nous pouvons stocker toutes les règles d'ingénierie dans un système et utiliser ce système pour piloter une application de CAO basée sur des fonctionnalités paramétriques. L'idée de base existait déjà et portait le nom de Ingénierie basée sur les connaissances (KBE). KBE a été développé au début des années 1980 à IntelliCorp, dans le cadre du projet 'Intelligence Artificielle pour l'Entreprise'.

    Il est probable que seuls quelques-uns connaissaient ce projet à l'époque. Trop d'éléments du paysage logiciel et matériel manquaient à cette époque.

    Grâce à « l'excuse » d'avoir besoin de contributions pour ma thèse, j'ai frappé aux portes de Solidworks Italia, SolidEdge Italia et Cad.Lab (qui a créé Eureka CAD et a ensuite changé son nom en Think3). Je me suis connecté avec une entreprise de fabrication,Casappa SpA., intéressé à tester une stratégie KBE avec une pompe. Ce n'était qu'une petite partie de leurs gammes de produits.

    My thesis went very well, and I was able to store the rules for the pump family in a database, and with a MFC/C++ software I authored, was able to drive Solidworks to generate the CAD models automatically.

    Après l'obtention de mon diplôme, j'étais prêt à partir à la conquête du monde avec l'idée renouvelée du KBE. Enfin, pas vraiment… La plupart des entreprises à l'époque utilisaient des CAO 2D et le papier et mon conflit avec la réalité était difficile. J'ai dû mettre mes connaissances sur une étagère avec ma thèse.

    Le changement de millénaire (2000-2010)

    Starting in 2000, the decade was defined as the era of 3D CAD adoption in manufacturing companies. Looking to the CAD applications available on the market, automation became a pretty obvious enhancement for many. SolidWorks introduced the concept of ‘configurations’ – a way to drive a 3D model using a table of data, like an Excel spreadsheet. Creo (also known as Pro Engineer) introduced ‘part families’ – which was a similar concept to SolidWorks Configurations. All the other CADs started to follow suit with the same functionality, just with different names.

    Le stockage des règles avec la géométrie n'est cependant pas une approche efficace, et cela a ouvert la porte à la gestion de produits pilotée par les règles (RPM) pour combler les lacunes, telles que : Rule Stream, Driveworks, Rule designer et bien d'autres. Pour moi, personnellement, ça a commencé mon histoire d'amour avec mon premier configurateur commercial : RPMWorks. C'était en 2004.

    A l'époque où je travaillais avec MPD (Product Data Management) et applications de CAO 3D. J'ai remarqué que non seulement la définition d'un produit était constituée de règles d'ingénierie, mais que les spécifications de fabrication étaient également généralement stockées dans un PDM. Ainsi, si vous générez un modèle automatiquement, les règles d'ingénierie ne sont qu'une partie d'un problème plus important. RPMWorks est né avec cette idée : générer automatiquement des produits en utilisant la CAO et PDM.

    RPMWorks et les autres produits sur le marché n'étaient que des logiciels de niche. Certaines idées clés manquaient encore au puzzle complet de Configure, Price and Quote (CPQ). At the end of the decade, I met the like-minded people (who eventually became fellow KBMax founders) that shared in the same vision of filling this important functional gap. (Fun fact: The name KB of KBMax stands for ‘Knowledge Based’.)

    La quatrième révolution industrielle en pleine force (2010-2020)

    Cette décennie est celle où l'acronyme « CPQ » a été forgé. À mon avis, trois facteurs ont conduit les produits CPQ à passer d'un outil d'ingénierie de niche à une solution bien connue utilisée par de nombreuses entreprises :

    1. Un focus sur les ventes
    2. Le nuage
    3. Visualisation 3D

    1. Un focus sur les ventes

    Même avec l'avènement de CPQ, the most common tool used to this day by a typical sales team to calculate product pricing is Microsoft Excel. Excel is not connected with anything else, but itself. (Read More: See the other blog post I wrote about Excel and CPQ).  So we have the paradox that we have all the product rules in the tech department and a disconnected tool to calculate the price of these products in another area of the company. Can we calculate a price and create a quote with the engineering rules? The answer of this question is the main reason why modern CPQ products can be so effective. Don’t get me wrong, also in the previous decades this was obvious, but not easy to do: moving an engineering tool from a workstation to a low powered notebook was not feasible, like it was not to train a salesman to use a complex engineering tool.

    Nous ajoutons donc ici le deuxième facteur : le nuage.

    2. Le nuage

    Dans le cloud computing, vous disposez de ressources illimitées et vous n'avez pas à demander à votre service informatique de posséder et de maintenir un environnement hyper-complexe.

    L'idée était claire : déplacer la complexité d'un outil d'ingénierie où vous pouvez disposer de ressources illimitées et déléguer les tracas liés à l'hébergement et à la maintenance d'une architecture de niveau entreprise.

    L'objection est : pourquoi dois-je utiliser un outil complexe au lieu d'un tableur Excel très simple ?

    La réponse est le troisième facteur : Visualisation 3D.

    3. Visualisation 3D

    In a few words: 3D visualization allows you to provide a 3D visualization in seconds, with the right price, and the right quote to your customer, along with all the documents needed to finalize the sale – all generated on-demand.

    So in this decade we saw many new players in the CPQ products market, with a different mix of these technologies: cloud, 3D Viewer, CRM integration, CAD integration, and PDM/PLM integration. Despite all the players, we are proud to stand out and be recognized as le leader des logiciels de configuration visuelle par G2.

    L'avenir du CPQ (2020-2030)

    Alors, quelle est la suite ?

    Je constate une meilleure mise en œuvre des technologies existantes telles que : la CAO dans le cloud, avec intégration du cycle de vie des fichiers et la visualisation 3D avec une qualité photo réaliste.

    Mais, je pense que c'est maintenant le bon moment pour revenir aux éléments constitutifs des produits CPQ et commencer avec une base d'Intelligence Artificielle (IA) comme si c'était l'idée fondatrice du KBE. Plutôt que de les écrire explicitement, les règles métier peuvent être déduites en ingérant des documents existants, tels que des modèles CAO, des feuilles de calcul Excel ou d'autres sources de données. Au lieu d'écrire une règle, je vois que cette règle peut être écrite par l'IA et être automatiquement mise à jour par l'état actuel du marché – un peu comme Amazon met désormais à jour dynamiquement les prix.

    Actuellement, CPQ est principalement B2B, et rarement B2B2C. In coming years, I think we will see more used for B2B2C, leading to integration with portals such as Amazon, eBay, and others. In this scenario, I anticipate heavier use of augmented reality (AR) with products configured in real-time, while the constraints are deduced from the real environment. For example, if configuring a table inside a room, the size of the room can be derived automatically and then inserted by the configurator.

    Chez KBMax, nous avons des prototypes passionnants de toutes ces technologies et plus encore, qui n'attendent que la bonne condition future. Restez à l'écoute!

    Luigi Ottoboni

    Luigi Ottoboni

    Luigi a écrit son premier logiciel à l'âge de huit ans. Il a lancé sa première entreprise, le premier fournisseur d'accès Internet de la région, alors qu'il était encore à l'université. Il a obtenu un diplôme en génie mécanique et a fondé six autres entreprises technologiques. En tant que co-fondateur de KBMax, Luigi dirige notre recherche et développement car il aime trouver de nouvelles technologies pour garder KBMax « à la pointe de la technologie ». Il est fier de dire qu'il a vu plus les États-Unis et la Grèce qu'un résident américain ou grec moyen.

     
    fr_FRFrench